18 mai 2011

Chroniques d'une sorcière d'aujourd'hui, Tome 1 : Isabelle

Chroniques d'une sorcière d'aujourd'hui
Tome 1 : Isabelle

d'Angèle Delaunois
Éditions Michel Quintin

Sortie le 19 mai 2011
Broché / 224 pages / Prix 14,50€




Présentation éditeur

C'est alors que je ressentis à nouveau la vibration qui accompagnait SA présence. Je levai les yeux. Bellotte se balançait devant moi, molle comme une grande poupée de chiffons, un peu transparente. Elle était pendue au grand lustre à pendeloques par une écharpe de soie enroulée plusieurs fois autour de son cou. Ses grands yeux noirs me regardaient fixement. Son visage était paisible, presque étonné. Mon Dieu, elle avait l'air si jeune !

Max et Isabelle, avaient longuement planifié leur voyage en Bretagne, la terre de leur grand-père Legall. À dix-sept ans, ils pouvaient partir sans les parents. Au début, tout a été fantastique. Mais ça s'est gâté le jour où un monstrueux orage les a obligés à se réfugier au Manoir de Bellotte…


Mon avis

Max et Isabelle, des jumeaux âgés de dix-sept ans, habitant au Canada à Montréal, décident de partir seuls pour la Bretagne en vacances. C’est pour eux l’occasion de suivre les traces de leur grand-père français qui a vécu là longtemps auparavant.
Le voyage se déroule sans encombre, le frère et la sœur se complétant parfaitement, chacun avec ses compétences, pour faire de ce séjour un souvenir inoubliable. S’ils avaient su… !

Alors qu’un orage cataclysmique leur tombe dessus, ils trouvent leur salut en se réfugiant dans le Manoir de Bellotte. Leur hôte, Mme Brévelet, les accueille à bras ouvert dans ce sublime domaine décoré style Louis XIV et servant de gîte pour touristes. Isabelle n’est pas à son aise dès leur arrivée et la manière dont la dame a de s’adresser à Max, comme si une complicité les liait d’emblée, va la conforter dans cette gêne. Alors quand leur hôtesse leur propose de les loger et de les nourrir pour seulement trente euros par nuit, ses soupçons vont aller en s’agrandissant. Pourquoi louer la plus belle chambre, celle de Bellotte, à deux adolescents pour une si modique somme ? Mais d’ailleurs qui est Bellotte ? Là se trouve le mystère, là se trouve la clé...

Un roman jeunesse sur les fantômes tout à fait charmant. On pénètre très aisément dans l’histoire en suivant les aventures des jumeaux. Le récit à la première personne, compté par Isabelle, est appréciable, nous la rendant plus intime, surtout qu’elle nous conte son séjour donc le récit est au passé. L’auteur joue de ce fait, nous avons l’impression d’écouter et non de lire l’histoire. On ressent les intonations, les temps d’arrêts, les moments de suspense et les moments de bonheur. L’écriture est rythmée, plutôt fun et jeune, comme une copine qui nous parlerait. C’est chaleureux et du coup on s’attache à l’héroïne. Certaines expressions sont québécoises mais on comprend tout à fait le sens de la phrase et justement ça ajoute un côté amusant.

Les personnages sont touchants surtout Bellotte qui est au centre de l’histoire. Max est plus réservé que sa sœur et moins prompt à croire à l’imaginaire contrairement à Isabelle qui va se découvrir une part cachée… Trop en dire sur les protagonistes gâcherait tout car on en viendrait à trop en révéler. Sachez simplement qu’ils sont captivants car vous ne saurez leur véritable nature et leurs motivations qu’en avançant dans le récit.

L’auteur sait distiller les infos pour nous tenir en haleine tout le long. Des passages très émouvants vont venir ponctuer la trame donnant encore plus d’attrait au roman. Au final on devient très ami avec Isabelle et nous avons hâte de découvrir le deuxième tome qui s’intitulera Alicia à paraître en septembre 2011.

Un roman qui se lit rapidement et qui comblera sûrement les jeunes lecteurs d’imaginaire mais aussi les  adultes !


Note 3/5

2 commentaires:

  1. Hello!
    J’ai eu envie de lancer une revue virtuelle sur mon blog où tous les blogueurs pourraient mettre leur grain de sel! Pour plus d’infos : http://www.canalblog.com/cf/fe/tb/?bid=773843&pid=21189325
    N’hésite pas à participer et toutes mes excuses pour ce commentaire-pub!

    RépondreSupprimer